Des repas à prévoir en conséquence

 

Ceci comprend les frites, les fondues, raclettes... Toutefois, ces plats sont très souvent proposés en restaurant d’altitude : saucisses frites, tartiflette... Cédez à la tentation car souvent vous n’avez pas le choix mais un bon conseil évitez dans ce cas de terminer le repas par une crèpe au chocolat ou à la crème de marron chantilly. Le départ sur les pistes sera très difficile !

 

  • Préservez les fruits et les légumes car ils vous apportent beaucoup de vitamines : la vitamine C maintient votre tonus ; vous la trouvez dans les agrumes et les fruits exotiques. Rien de mieux qu’un grand jus d’oranges pressées le matin (vous couvrez votre besoin en vitamine C de la journée). Par ailleurs, les muscles ont besoin de vitamines du groupe B pour bien utiliser les sucres comme carburant. Ces vitamines se trouvent dans les féculents et céréales et dans les produits laitiers.
  • Soignez votre apport de magnésium et de calcium car sans eux, les muscles peuvent avoir des crampes : vous aurez du magnésium en mangeant du chocolat (surtout le chocolat noir), des légumes, des fruits et des féculents (voire une eau magnésienne en contenant plus de 50 mg/l) - et vous aurez suffisamment de calcium avec 1 à 2 yaourts et 1 à 2 parts de fromage par jour.
  • Pour une bonne oxygénation des tissus, faites le plein de fer (il rend vos globules rouges performants) : mangez aussi de la viande rouge, très régulièrement (bœuf, agneau) ; n’oubliez pas pour autant les poissons (le saumon, les sardines, les maquereaux en conserve...) et les œufs !

 

 

En somme, veillez à manger un peu de tout ! Et faites 3 à 4 repas par jour car, surtout si vous faites du sport, vous aurez besoin de vous ressourcer toutes les 4 heures.

 

  • Toujours prendre un bon petit déjeuner : si d’habitude vous vous contentiez d’un café et d’une tartine, ce sera très insuffisant aux sports d’hiver. Prévoyez au moins 2 à 3 tranches de pain beurrées (ou des biscuits voire un croissant), un café ou un chocolat au lait, un fruit et une boisson. Prenez sur vous une petite barre à grignoter en matinée, au cas où .. car le froid donne faim !
  • Bien manger au déjeuner mais l’adapter aux conditions environnantes ; si vous êtes chez vous et que vous prévoyez une petite sieste réparatrice, vous pouvez vous permettre de faire un vrai  repas complet avec entrée, plat, pain, fromage et dessert. En revanche, si vous déjeunez en restaurant d’altitude, mangez suffisamment pour calmer votre faim et tenir le coup sur les pistes l’après midi, mais ne mangez ni trop gras, ni trop abondamment et gare à l’alcool. Sinon, vous risquez la somnolence, le manque de vigilance, les jambes coupées... en somme tout ce qui peut prédisposer aux mauvaises chutes.
  • Gardez sur vous un petit quelque chose à grignoter en cas de faim l’après-midi... surtout si vous restez coincé(e) sur le télésiège.
  • Quant au dîner, il est l’occasion des retrouvailles et des multiples détails croustillants de la journée. Il est souvent l’occasion de savourer des spécialités loco-régionales, au demeurant devenues bien nationales comme la raclette, la tartiflette, la fondue savoyarde, les cochonailles...

 

 

En somme, ce qu’il faut retenir : commencez la journée avec le ventre plein, ne pas faire un déjeuner trop abondant et trop gras quand on est sur les pistes, ne pas boire d’alcool afin de rester maître de ses skis et avoir toujours sur soi un petit en-cas (barre de céréales) à grignoter en cas de petite faim sur les pistes... pour garder les jambes solides et rentrer à bon port !

 

Sports d'hiver : et si on parlait aussi Santé et Nutrition ?